Française poésie

Poèmes en français


Poeme Ô Toy par qui jour et nuit je soupir

Ô Toy par qui jour et nuit je soupire,
De qui sans gré la superbe valeur
Me fait languir dedans un beau malheur,
Viendray-je point au sommet ou j’aspire?

S’il ne te chaut de mon mal qui s’empire,
S’il ne te chaut d’eteindre ma douleur,
Au moins permetz que de cette chaleur
Par un baizer tant soit peu je respire.

Ainsi disoy-je, et tu me dis, Amant
Ne sçay-tu pas que le baizer n’appaize
Le feu d’amour, mais plus l’est enflammant?

Crein qu’un baiser n’enflamme double braize.
Ha, di-je alors, Amour le petit dieu
Auroit il point dans ta poitrine lieu?


Poeme Ô Toy par qui jour et nuit je soupir - Jean-antoine de Baïf