Française poésie

Poèmes en français


Poeme La Lyre d’Orphée

… A sa voix se leva le prince des Aèdes,
Et son Luth animé, plein de souffles ardents,
Si douloureusement vibra sous ses doigts raides,

Que les tigres rayés et les lions grondants
Le suivaient, attendris, et lui faisaient cortège,
Doux, avec des lambeaux de chair entre les dents.

Choeur monstrueux conduit par un divin Chorège!
Les grands pins, pour mieux voir l’étrange défilé,
En cadence inclinaient leurs fronts chargés de neige.

Les gouttes de son sang sur le Luth étoilé
Brillaient. Charmant sa peine au son des notes lentes,
L’Aède, fils du ciel, se sentit consolé :

Car tout son coeur chantait dans les cordes sanglantes.


Poeme La Lyre d’Orphée - Jules Lemaitre