Française poésie

Poèmes en français

Poeme Abel et Caïn

La terre verdissait, qui venait d’émerger
Des primitives eaux. L’antre au sombre orifice
Était, en ces jours-là, son unique édifice,
Et l’homme vagabond y pouvait héberger.

Or, deux frères vivaient : un semeur, un berger.
Ils offrirent à Dieu le premier sacrifice.
Le berger fut béni. L’autre, usant d’artifice,
L’attira sur son coeur afin de l’égorger,

La terre qui grandit dans la magnificence,
S’enivre encore, hélas! du sang de l’innocence,
Et garde la blessure ouverte dans son sein.

Et le bien et le mal seront toujours en lutte ;
Et les derniers enfants de la dernière hutte
Seront peut-être encore un Abel, un Caïn.

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Poeme Abel et Caïn - Léon-pamphile Le May