Française poésie

Poèmes en français

Mes bouquins refermés

Mes bouquins refermés sur le nom de Paphos, Il m’amuse d’élire avec le seul génie Une ruine, par mille écumes […]

Eventail de Madame Mallarmé

Avec comme pour langage Rien qu’un battement aux cieux Le futur vers se dégage Du logis très précieux Aile tout […]

Angoisse

Je ne viens pas ce soir vaincre ton corps, ô bête En qui vont les péchés d’un peuple, ni creuser […]

Chansons bas

I (le Savetier) Hors de la poix rien à faire, Le lys naît blanc, comme odeur Simplement je le préfère […]

Feuillet d’album

Tout à coup et comme par jeu Mademoiselle qui voulûtes Ouïr se révéler un peu Le bois de mes diverses […]

Si tu veux nous nous aimerons

Si tu veux nous nous aimerons Avec tes lèvres sans le dire Cette rose ne l’interromps Qu’à verser un silence […]

Le tombeau de Charles Baudelaire

Le temple enseveli divulgue par la bouche Sépulcrale d’égout bavant boue et rubis Abominablement quelque idole Anubis Tout le museau […]

Prose

(pour des Esseintes) Hyperbole! de ma mémoire Triomphalement ne sais-tu Te lever, aujourd’hui grimoire Dans un livre de fer vêtu […]

Las de l’amer

Las de l’amer repos où ma paresse offense Une gloire pour qui jadis j’ai fui l’enfance Adorable des bois de […]

Sainte

A la fenêtre recélant Le santal vieux qui se dédore De sa viole étincelant Jadis avec flûte ou mandore, Est […]

Dans le jardin

La jeune dame qui marche sur la pelouse Devant l’été paré de pommes et d’appas, Quand des heures Midi comblé […]

Aumône

Prends ce sac, Mendiant! tu ne le cajolas Sénile nourrisson d’une tétine avare Afin de pièce à pièce en égoutter […]

Surgi de la croupe et du bond

D’une verrerie éphémère Sans fleurir la veillée amère Le col ignoré s’interrompt. Je crois bien que deux bouches n’ont Bu, […]

O, si chère de loin

O si chère de loin et proche et blanche, si Délicieusement toi, Mary, que je songe À quelque baume rare […]

Quand l’ombre menaça

Quand l’ombre menaça de la fatale loi Tel vieux Rêve, désir et mal de mes vertèbres, Affligé de périr sous […]

Le guignon

Au-dessus du bétail ahuri des humains Bondissaient en clartés les sauvages crinières Des mendieurs d’azur le pied dans nos chemins. […]

Tristesse d’été

Le soleil, sur le sable, ô lutteuse endormie, En l’or de tes cheveux chauffe un bain langoureux Et, consumant l’encens […]

Renouveau

Le printemps maladif a chassé tristement L’hiver, saison de l’art serein, l’hiver lucide, Et, dans mon être à qui le […]

Don du poème

Je t’apporte l’enfant d’une nuit d’Idumée! Noire, à l’aile saignante et pâle, déplumée, Par le verre brûlé d’aromates et d’or, […]