Française poésie

Poèmes en français

Poeme De celui de qui l’amie a fait nouvel ami

Jusque à la mort Dame t’eusse clamée,
Mais un nouveau t’a si bien réclamée
Que tu ne veux qu’à son leurre venir :
Si ne peux-tu contre moi soutenir,
Pourquoi l’amour dût être consommée.

Car en tous lieux toujours t’ai estimée,
Et si on dit que je t’ai déprimée,
Je dis que non, et le veux maintenir
Jusque à la mort.

Dieu doint que pis tu n’en sois renommée :
Car s’il est su, tu en seras nommée
Femme sans coeur, qui ne se peut tenir
D’aller au change, et à grand tort bannir
Celui qui t’eût parfaitement aimée
Jusque à la mort.


Poeme De celui de qui l’amie a fait nouvel ami - Clément Marot