Française poésie

Poèmes en français


Poeme Au milieu des chaleurs de Juillet l’alteré

Au milieu des chaleurs de Juillet l’alteré,
Du nom de Marguerite une feste est chomee,
Une feste à bon droit de moy tant estimee :
Car de ce jour tout l’an ce me semble est paré.

Ce beau et riche nom, ce nom vrayment doré,
C’est le nom bienheureux dont ma Dame est nommée,
Le nom qui de son los charge la renommee,
Et qui, maugré les ans, de vivre est asseuré.

Ou l’encre et le papier en ma main faillira,
Ou ce nom en mes vers par tout le monde ira.
Il faut qu’elle se voye en cent cartes escripte.

Et qu’un jour nos nepveux, estonnez en tous temps,
Soit hyver, soit esté, sans faveur du printemps,
Voyent dans le papier fleurir la Marguerite.


Poeme Au milieu des chaleurs de Juillet l’alteré - Etienne de La Boetie