Française poésie

Poèmes en français


Poeme Parmi des chênes, accoudée

Parmi des chênes, accoudée
Sur la colline au vert gazon,
Se dresse la blanche maison,
De chèvrefeuille enguirlandée.

A la fenêtre, où dans des pots,
Fleurit la pâle marguerite,
Soupire une autre Marguerite :
Mon coeur a perdu son repos…

Le lin moule sa gorge plate
Riche de candides aveux,
Et la splendeur de ses cheveux
Ainsi qu’un orbe d’or éclate.

Va-t-elle murmurer mon nom?
Irons-nous encor sous les graves
Porches du vieux burg des burgraves?
Songe éteint, renaîtras-tu? – non!


Poeme Parmi des chênes, accoudée - Jean Moréas