Française poésie

Poèmes en français


Poeme Locutions des Pierrots, IV

Tu dis que mon coeur est à jeun
De quoi jouer tout seul son rôle,
Et que mon regard ne t’enjôle
Qu’avec des infinis d’emprunt!

Et tu rêvais avoir affaire
À quelque pauvre in-octavo…
Hélas! c’est vrai que mon cerveau
S’est vu, des soirs, trois hémisphères.

Mais va, l’oeillet de tes vingt ans,
Je l’arrose aux plus belles âmes
Qui soient! – Surtout, je n’en réclame
Pas, sais-tu, de ta part autant!


Poeme Locutions des Pierrots, IV - Jules Laforgue